top of page
  • juliengautherot

Haut-potentiel et vieille âme: y aurait-il un lien ???

Dernière mise à jour : il y a 7 jours

En suivant mon petit bonhomme de chemin d'éveil spirituel, il y a une observation que j'ai rapidement faite ; et chaque fois que je la remettais en jeu pour la tester, elle se confirmait un peu plus, malgré mes tentatives pour me "dé-biaiser" et la challenger.


Cette observation relie notre expérience d'âme à notre cerveau, ou plutôt à son câblage et son fonctionnement.


Pour aller plus loin, il me faut poser ici un postulat de départ indispensable en lien avec la notion d'expérience d'âme:

  • L'idée que la réincarnation de notre conscience puisse être une réalité est la base nécessaire pour continuer ce post. Si vous-même rejetez cette idée ou n'y prêtez aucun crédit ni intérêt, seule la curiosité pourrait vous pousser à continuer votre lecture !

  • Si vous acceptez cette idée, ou en tout cas sous forme d'hypothèse : la possibilité de la réincarnation nous amène rapidement à la question du nombre d'incarnations (Combien ai-je vécu de vies antérieures ? 1 ? 10 ? 10 000 ???) Et avec elle son corollaire: la notion "d'expérience d'âme" : plus je me réincarne, plus j'acquiers de l'expérience et plus mon âme tend vers une certaine sagesse.

  • Ce qui ouvre à l'idée qu'ici-bas sur notre bonne vieille Terre, nous les humains ne sommes pas tous synchronisés : au même titre que des humains bébés et des humains aînés se croisent en chaque instant et partout, des âmes toutes jeunes et des âmes toutes vieilles se croisent aussi. Chacune évoluant dans son "costume d'humain". On peut ainsi imaginer une âme antique venant fraichement de s'incarner dans une peau de bébé, tout comme une âme vivant sa toute première vie humaine sous les traits physiques d'un vieil homme à longue barbe blanche.

  • Avec pour "garde-fou de l'égo" l'idée qu'il n'y a aucun jugement de valeur, jamais : une vieille âme n'a pas plus de valeur qu'une âme jeune. On ne compare pas la valeur d'un enfant en maternelle à celle d'un étudiant en thèse d'astrophysique. C'est juste une question de "date de naissance" et donc "de quantité d'expériences vécues", point.


Après la dimension spirituelle, donc, la dimension matérielle de cette observation dont je vous parle : notre cerveau, son câblage et son fonctionnement.


S'il est un domaine sur lequel il y a eu beaucoup de communication, de prise de conscience et d'acceptation d'un certain "état d'être et de faire" différent, c'est le monde que l'on qualifie désormais des "neuro-atypiques", à savoir les "Hauts" et les "Hypers" : Haut-potentiel intellectuel, haut-potentiel émotionel, hypersensible, hyperémotif, hyperactif... qui sont souvent associés d'ailleurs à des manifestations complexes type dys- (dyslexie, dysorthographie...)


Et c'est là, à la conjonction de ces deux "champs d'informations" que sont l'expérience d'âme et le fonctionnement neurologique, que le lien se crée : et si.... il y avait un lien, justement ?


Les personnes que je croise beaucoup, depuis mon éveil spirituel, gravitent autour de la spiritualité laïque. Dans ce monde-là, beaucoup ont sur la vie humaine un regard profondément empli de sagesse, de recul et de détachement par rapport à notre relation au matériel et aux pulsions de l'ego (la possession, la reconnaissance, la réussite...) Elles ont une acceptation des choses et des évènements de la vie immense, et manifestent souvent une résilience hors norme. Bref : tout le profil d'une âme expérimentée, d'une âme ancienne ayant vécu quantité d'expériences initiatiques qui lui ont enseigné quelque sagesse.


Et bien ces personnes ayant, selon ma boussole interne, une âme plutôt ancienne, ont aussi, très souvent, un mode de raisonnement, d'expression et une relation aux sens et aux émotions qui rappelle le profil des Hyper-/Haut-/Dys- :

  • un ou plusieurs sens physiques (ouïe, odorat, kinesthésie...) ultra-affutés (parfois à la limite du supportable d'ailleurs),

  • une pensée dite "en arborescence" (sorti du politiquement correct : ça fuse tous azimuts et ne s'arrête jamais),

  • des émotions qui sont vécues de manière décuplées et souvent difficiles à contenir, à supporter,

  • une intuition très forte, une sorte de 6e sens inexplicable et parfois déroutant,

  • une empathie envahissante, une difficulté à faire face et gérer l'impact sur soi des émotions et des énergies des autres,

  • un côté très direct, un besoin impérieux d'aller dans des discussions profondes, et un certain rejet pour le "blabla social" vu comme parfaitement ennuyeux et inutile,

  • une aversion pour ce qui n'est pas authentique ou honnête,

  • un désintérêt pour les contingences matérielles (tenue vestimentaire, argent...)


Ce n'est pour autant pas systématique, mais je constate qu'il y a tout de même une conjonction assez forte : dans ce milieu de la spiritualité, beaucoup de vieilles âmes, et aussi beaucoup de neuro-atypiques donc... de mon point de vue.


Ainsi, basés sur cette observation, peut-être que je peux alors oser cette hypothèse :

  • Et si le fait qu'une âme ancienne s'incarne dans un corps humain, influait sur le développement cérébrale (hardware) et psychologique (software) de l'individu, de manière très concrète et matérielle ?

  • Et si le fait qu'une vieille âme s'incarne dans un corps humain favorisait l'émergence des caractéristiques neurologiques et fonctionnelles du type neuro-atypique, et sa cohorte de manifestations hyper-/haut-/dys- ?


Pour prendre une métaphore, c'est un peu comme si une main (l'âme) enfilait un gant de latex (le corps). Pour une main d'enfant tout va bien ! Mais pour une main adulte, le gant peut être un peu trop petit : il se déforme, se tend et s'affine pour s'ajuster à la main (attention si le gant pète : Game over !) Et plus l'âme a de l'ancienneté et de l'épaisseur, plus le gant doit s'étirer et s'ajuster.


Il y aurait d'ailleurs une certaine logique à ce que cette hypothèse se vérifie. Car si l'on regarde maintenant du côté de l'âme lorsqu'elle est désincarné de l'autre coté, dans l'invisible, voici ce qui est très fréquemment rapporté par ceux qui ont vécu des expériences de mort imminente :

  • les pensées et émotions fusent et se traduisent instantanément,

  • la communication entre deux âmes est instantanée, sans "blabla social", c'est du direct à l'essentiel, de coeur à coeur,

  • les ressentis et émotions sont décuplés, magnifiés, et en même temps extrêmement précis et fins,

  • il n'y a plus de frontière entre toi et moi, chaque personne est identifiée et en même temps associées aux autres en un Tout, où règne une empathie maximale : ce qui t'affecte m'affecte aussi,

  • il n'y a pas de masque ni de tromperie de l'autre côté, tout y est authentique et honnête, que ce soit en "bien" comme en "mal" ("bien et mal" n'étant d'ailleurs pas des concepts qui s'appliquent là-haut, mais ce n'est pas l'objet de ce post !) On est ce qu'on est de manière ouverte, transparente et "assumée",

  • et en corollaire, on n'est pas enquiquiné par les contingences matérielles ni l'apparence.


Il y a ici quelques ressemblances avec les caractéristiques exprimées par les neuro-atypiques, non ??


Ce serait un peu comme si le corps humain et le cerveau "hébergeant" une vieille âme s'y adaptaient physiquement et fonctionnellement, pour lui permettre de vivre une expérience humaine maximale, amplifiée du point de vue des émotions et des pensées. Donc une expérience humaine un peu plus proche de ce qu'elle connait quand elle est là-haut, de son mode de fonctionnement habituel.


Pour finir je me fais l'avocat du diable, car les deux principaux écueils de mon raisonnement sont énormes :

  • Il n'y a pas de test 100% fiable pour catégoriser quelqu'un de neuro-atypique, alors imaginez ce qu'il en est pour l'identification des vieilles âmes !! Ces "catégorisations" se font à mon seul et unique jugé ! C'est un bien fragile instrument de mesure.

  • Et à propos de ce lien vieilles âme <=> neuroatypique : un neuroatypique a généralement un comportement et un recul sur son expérience de vie beaucoup plus mature que la norme à son âge, et peut avoir tendance de ce fait à dégager une impression de sagesse plus élevée. Ainsi, l'un des principaux critères d'identification d'une vieille âme est contenu dans le tableau descriptif du neuroatypique ; voilà qui biaise sérieusement l'analyse. Reste l'intuition, l'intime conviction lorsque l'on discute avec une vieille âme : on ressent très fort qu'elle en est une, et ce indépendamment de son comportement ou mode de pensée.


Et vous, qu'en pensez-vous ?


Merci de m'avoir lu !


Crédit photo Pixabay\congerdesign























162 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page