top of page
  • juliengautherot

La première prise de conscience

Une chambre ancienne, une fenêtre ouverte laissant entrer l'air frais et le gazouillis des oiseaux. Un flot de soleil inonde la pièce d'une douce lumière dorée. Je ne les vois pas, mais je sais que dehors, de vieux arbres poussent dans un parc bien entretenu. J'aime profondément ces arbres, ce parc.


Une robe verte bouffante comme en portaient les femmes jadis. Je la porte, elle est belle, et tellement ample que je ne vois pas mes pieds. Je l'aime beaucoup.


A gauche, une sorte de guéridon rehaussé d'un miroir. Posé sur ce guéridon il y a un objet rond avec un manche, il m'est difficile de dire si c'est une brosse ou un petit miroir à main, mais j'y tiens beaucoup, c'est un cadeau qui m'est cher.


C'est un moment d'une très grande douceur, d'une félicité indicible. Un moment de pur bonheur. La lumière, surtout, est particulièrement belle et douce. Je ressens cette quiétude et ce bonheur dans le plus profond de mon être.


Et je réalise soudain que "je suis" cette femme, dans un autre lieu et une autre époque. J'ignore qui elle est, où et quand elle vécut, mais elle était très heureuse, et ce moment de grâce si simple et si beau l'a marquée profondément.


C'est sur cette vision que j'ai commencé à prendre conscience que quelque chose était en train de se passer. D'une part parce que le thème de cette vision, cette manière d'habiter le personnage, de vivre la scène, n'a absolument rien à voir avec mes rêves et songes habituels. Mais surtout parce qu'associée à cette vision j'ai une conviction très profonde qui s'est instantanément ancrée: c'est nouveau, c'est grand et cela me montre quelque chose d'important.


Sur le moment, un peu déstabilisé mais pris par la routine de la vie et défendu par mon mental cartésien très fort, j'ai mis cela de côté. J'ai continué à vivre avec cette vision qui revenait régulièrement, en douceur, de jour comme de nuit. Comme si ce moment que j'avais vécu cherchait spontanément à se rappeler à mon attention, me disant: "Vois".


Ce n'est que bien plus tard, et parce que d'autres flashes de ce type se sont progressivement manifestés, me montrant d'autres scènes, d'autres lieux, d'autres "moi", allant d'intensité croissante jusqu'à une scène particulièrement dure, que j'ai réalisé qu'il s'agissait probablement de souvenirs de vies antérieures. Et qu'il fallait que j'y prête enfin attention. Que je Voies.


Et c'est donc en passant par cette porte d'entrée des vies antérieures que j'ai fait mes premiers pas vers mon réveil.


Dans les prochains posts, je reviendrai sur certains de ces souvenirs de vies en particulier, et j'essayerai aussi d'expliquer ma perception du processus et en quoi cela se distingue d'un rêve habituel.


J'ai trouvé une jolie photo pour illustrer l'ambiance de ma vision, dont le crédit revient à Adina Voicu.


Merci de m'avoir lu !



225 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page