top of page
  • juliengautherot

Naître au son du tambour...


Il y a parfois des mystères incroyables, que la science commence pourtant à prendre au sérieux. La transe chamanique en fait partie, et Corinne Sombrun est probablement l'une de ses figures de proue en France. Journaliste, elle s'est retrouvée à faire une transe chamanique alors qu'elle était en plein reportage sur ce sujet, en Mongolie ; et depuis, c'est une dimension d'elle-même qu'elle a parfaitement acceptée, intégrée, sur laquelle elle communique et collabore avec le milieu scientifique, pour contribuer à aller toujours plus loin dans la science de la conscience et la neurologie des transes.


Le chamanisme... quelques années en arrière, c'est un truc que je rangeais dans la boîte des "pratiques folkloriques et ésotériques d'un autre âge pour gogos crédules."


Mais ça, c'était avant...


Laissez-moi vous raconter cette expérience dingue que j'ai vécu. Que l'ON a vécu, car pour une fois (ENFIN ! devrais-je dire) je ne suis pas seul à traverser ce vécu, à ressentir ces choses subtiles, à vivre des moments ahurissants !


J'étais au salon du bien-être de Dieppe ce week-end, pour présenter mon activité de coach spirituel. Ce salon ne m'enchantait pas de prime abord, parce que Dieppe est à 100 bornes de chez moi, que la météo était horrible et la perspective de m'enfiler 4 x 100km sous le déluge et le vent ne m'enchantait guère. Qui plus est, après l'expérience du salon de Rouen, je craignais l'effet démotivant d'un trop peu de visiteur. Bref, j'étais en énergie basse et bourré d'idées pessimistes à l'idée de ce salon. C'était sans compter sur elle, ma petite voix intérieure :

"Mais si, il est juste pour toi que tu y ailles ! Ne te laisse pas gagner par cette énergie lourde qui te freine, ne te laisse pas tenter par l'abandon de ton plan ! Fonce !"


Donc, j'y suis allé. Et, "comme de par hasard !!" voilà qu'un chaman s'installe non loin de mon stand. D'où je suis j'ai une vue directe sur lui ; je l'observe, mi-intrigué, mi-fasciné. Je ressens l'excitation me gagner, mais je calme mon cerveau en adoptant une posture rationnelle : "C'est bien, il faudra que j'aille discuter avec lui ; voir ce qu'il a à proposer."


L'excitation peut s'expliquer par le fait que le chamanisme est revenu sans cesse dans ma vie depuis des mois, à de très nombreuses reprises, et via les canaux les plus inattendus (dont ma propre tante et marraine, issue de ma famille très catho, que j'imaginais à des années lumières de tout cela !!) Bref, un signe du destin, que je voyais bien, mais sur lequel je tergiversais ferme. Envie d'y aller, mais peur de ce que j'allais y trouver, et peur de "rentrer dans ce truc". Car avouons-le, le chamanisme, par son coté folklorique, théatrale et

très à la mode dans ce que j'appelle le tourisme spirituel, me faisait peur : c'est franchement TRES décalé par rapport à mon ancien monde.


Le salon se lance, les visiteurs arrivent, et notre chaman commence un soin. Il chante et tape sur son tambour à un rythme de plus en plus soutenu et puissant. En très peu de temps, je réalise que je suis déjà "parti", mon esprit est monté, mon corps est parcouru de frissons et mes jambes tremblent.


"Holà, calme-toi mec ! Tu as 2 jours de salon à tenir, des visiteurs à rencontrer et une conférence à faire ! Ce n'est vraiment pas le moment d'aller nous faire une transe !"


Il faut avouer ici que j'ai déjà vécu ce qui ressemble à une transe, une fois, dans un sauna, alors que j'y étais seul: subitement mon corps s'était mis à se balancer, mes mains faisaient des gestes dans l'air et tapaient en rythme sur mon corps, et je psalmodiais un charabia incompréhensible. Je n'avais plus le contrôle de moi, et cela avait duré quelques minutes. Cet épisode m'avait semblé à la fois tellement naturel et normal et pourtant tellement HALLUCINANT. Lorsque plus tard j'ai osé en parler à quelques personnes, la plupart ont fait directement le parallèle avec les "huttes de sudation", dans lesquelles les chamans de certains peuples pratiqueraient des rites. J'avoue que je ne connaissais absolument rien de tout cela.


Or là, au son de ce tambour et de ces chants, je sens que "quelque chose monte". Surtout lorsque Christophe, le chaman, pousse le cri du loup durant la mélopée : mes poils se hérissent et ma colonne vertébrale se tend d'un coup. Alors je me focalise sur des choses très concrètes pour empêcher mon corps de partir.


En fin de journée, je m'approche de Christophe et lance la discussion, intimidé et un peu maladroit. Probablement une entrée en matière débile du style "ah, sympa ton tambour !"

"Et pourquoi tu n'essayes pas ?" me fait-il "Toi, tu ne vas pas être décu !"

Clin d'oeil.

Ok, ok. Donc, me voilà inscrit pour le lendemain matin.

Je suis excité, impatient et nerveux. La nuit va être longue !


Le lendemain, arrive l'heure de mon soin. Le tambour est gigantesque, de la taille d'un homme, il est posé à plat sur un support de bois ; la personne doit s'allonger dessous, pour ressentir pleinement les vibrations dans tous le corps.


Avant de débuter, je suis fébrile, et j'exprime confusément mon objectif à Christophe : "Je ne sais pas, c'est comme s'il y avait un animal qui cherchait à sortir de moi, et j'ai ce mot "chaman" qui revient sans cesse dans ma vie. Je ne sais pas quoi en faire, j'ai besoin de faire sortir tout ça."


Christophe, qui a déjà perçu ce qui se joue en moi, me demande jusqu'où je suis prêt à aller: "à fond", je réponds, "quitte à débloquer, on va jusqu'au bout !"


Nous y sommes donc allé, jusqu'au bout. Pour cela, le soin était double : Christophe au tambour chamanique, et Angie, une autre exposante du salon, en synergie avec lui. Angie allait me mettre en état hypnotique et utiliser ses perceptions subtiles pour me guider plus efficacement pendant le soin, et faciliter ma connexion avec ce "qui doit venir". Nous allions partir en voyage à trois.


Christophe commence par m'insuffler du rapé, un tabac chamanique amazonien réduit en poudre, dans chaque narine. Je sens mon rythme cardiaque accélérer. Je m'allonge sous le tambour, impressionné. Je ressens le stress de l'inconnu, mais surtout une très grande joie et beaucoup d'excitation, car je suis intimement convaincu que je suis exactement là où il faut: "j'ai rendez-vous avec mon moi-tout-entier !"


Christophe démarre ses chants et les battements du tambour. Angie parle tout bas à mon oreille et me met rapidement en état hypnotique, je décolle en un claquement de doigt. Il n'y a plus de salon, plus de curieux qui observent, plus de bruit. Plus que le son du tambour et les voix de Christophe et Angie qui se mêlent. Je me dissous. Du moins, mon esprit est dissout, car je ressens toujours mon corps, qui lui est complètement électrisé. Bien loin de l'état de détente et de calme dans laquelle nous sommes normalement plongés en état d'hypnose, je suis au contraire tendu comme la corde d'un arc (ou une peau de tambour !)


Et puis d'un coup, je le vois : un loup ! Un magnifique loup gris, qui me regarde dans les yeux un long moment, puis se détourne et part dans la forêt. Je le vois courir, et en même temps, je suis lui, je vois et ressens ce qu'il perçoit par ses sens : la végétation et les champignons, les rochers, les proies, les marquages territoriaux, les humains pas loin. Puis je vois des tipis nord-amérindiens, un feu, des hommes qui dansent autour, et leur chant se relie à celui de Christophe.


A ce moment, Christophe pousse un cri de loup, puissant. Et voilà que je me mets à faire de même ! D'abord timidement, comme un louveteau, puis avec plus d'assurance, je me mets à hurler aussi, pour répondre à son appel. Ce hurlement me remplit de joie, il est très INTENSE et semble provenir du plus profond de moi ! C'est très impressionnant, un peu déstabilisant, mais je sais que je peux encore choisir d'interrompre cela d'un coup si je le souhaite, j'ai toujours cette sécurité-là. J'ai pourtant une envie irrépressible de continuer, il n'est pas question de quitter cette forêt et ce loup. Alors je lâche prise et m'abandonne au flow.


Tout devient alors noir, mon corps est subitement pris de tremblements. Mes yeux se révulsent, mes paupières battent frénétiquement, ma nuque et mon dos se cambre. Je m'agite sur le matelas, mes mains battent en rythme, tapant différents endroits de mon corps. Je me mets à pousser des grognements furieux, à montrer les... crocs, je me bats contre quelque chose qui résiste. Christophe, lui aussi en transe et connecté à moi, accélère le rythme des battements, pour donner de la force. Car cette chose contre laquelle je me débats, c'est... moi ! Je suis en train de faire tomber mes résistances, le loup taille en pièce ce qu'il reste de "l'ancien moi" conditionné par la société: un homme rigide, éteint, cynique, méfiant, matérialiste. Et surtout : il dévore ma peur. Le loup me ramène la vie, la force, le courage. Christophe a cessé le tambour et vient agiter des hochets indiens autour de ma tête, il grogne aussi, en unisson avec moi. Il me parle à l'oreille, en dialecte, mais c'est la voix d'un vieil homme que j'entends. Il hurle de nouveau tel un loup, et je l'imite. Ce second cri est libérateur, puissant.


Puis le calme se fait. Angie, qui tout du long m'a accompagné de sa voix, est toujours là et continue de me guider. Elle ne dirige pas ce que je vis ni les visions que j'ai, mais ne cesse de me maintenir dans cet état dissocié profond en me rassurant, et en me poussant constamment à aller plus loin, à oser, à aller chercher plus.


Sentant que j'ai besoin d'une pause à ce moment, doucement, elle me ramène "à la maison" en me caressant les cheveux comme un enfant, mon corps se détend instantanément. "La maison"... je me retrouve baigné de lumière, une lumière éclatante faite d'amour pur. J'y suis bien, une félicité indicible, mes guides du ciel sont là. Alors Angie se met à me raconter ce qu'elle voit. Elle me voit en profondeur, elle voit les épreuves que j'ai traversées, dans cette vie comme dans les précédentes. Toutes. Tout ce que j'ai découvert sur moi, elle le perçoit aussi, je le sens, je le sais. Elle me guide vers l'acceptation pleine et entière de ce que je suis, de ce passé, elle me pousse à faire tomber mes barrières mentales et mes peurs.


Elle voit ce sentiment de sacrifice incompris en moi, cette partie qui hésite encore à incarner pleinement qui je suis, et qui me conduit encore parfois à la déprime et au rejet de moi-même. Ce sentiment délétère vacille, cette flamme noire est prête à s'éteindre.


Elle me parle de ma mission de vie, la principale. Celle dont plusieurs médiums ou canals m'avaient parlé, déjà, mais qui n'en voyaient chaque fois que des fragments, des pièces de puzzle... Angie, elle, voit à travers mes yeux le puzzle entier reconstitué. Avec TOUTES les pièces. Elle me la raconte, me rassure, me remercie d'avoir accepté tout cela. Je suis tellement heureux que quelqu'un voit enfin la même image que moi, que quelqu'un comprenne ce feu sacré que je porte depuis si longtemps.


Le tambour de Christophe reprend, mon agitation avec lui. Angie continue de me parler mais elle a basculé dans une autre langue. Je ne comprends pas le sens littéral de ce qu'elle dit mais je comprends ses intentions. Je reconnais ces mots, leur sonorité, la musique de ce language est similaire à ce que j'avais prononcé lors de ma transe dans le sauna. Et... je me mets à la parler ! Je réponds à Angie, je ne sais pas ce que je dis, mais il y a un sens profond derrière mes palabres. Angie m'encourage à "délier ma langue", à recouvrer ce savoir. Nouveaux spasmes du corps, nouveaux gestes avec mes mains. Ma respiration est très forte et totalement désynchronisée, par saccades désordonnées. Ma main gauche monte vers ma bouche et se met à la fouiller comme si elle cherchait à en arracher quelque chose, un bouchon noir.


Puis le rythme s'apaise de nouveau, lentement, jusqu'à me faire redescendre. Angie et Christophe me font réintégrer la matière doucement, par paliers, comme un plongeur remonte des abysses. J'étais pourtant si bien, là-haut, j'y resterai volontiers... mais PAS après avoir touché du doigt mon essence, pas après avoir rencontré ce loup et mon âme, pas après avoir partagé la vision du puzzle complet de ma mission avec eux. J'ai maintenant une vraie envie de revenir, de reprendre le cours de ma vie, d'agir avec joie et force ! La puissance du loup !


Je rouvre les yeux, je vois les visages souriants de Christophe et Angie. "Bienvenu parmi nous" me disent-ils. "Tu es comme nous, te voilà chaman désormais !"


Spontanément, Angie me serre dans ses bras, avec force, et me remercie. Christophe me donne une grande accolade. Je suis heureux, je me sens aligné, à ma place, en pleine acceptation, en paix avec moi-même et le monde. Je crois que je viens enfin de m'accepter moi, et d'accepter ma vie. De me relier au loup et au chaman que j'ai été, il y a bien longtemps.


Il me faut beaucoup d'énergie et de temps pour réintégrer mon corps totalement. J'ai la nette impression que ma tête flotte à 6 mètres au-dessus du sol, et de ne plus avoir de jambes. Les gens du salons s'inquiètent un peu de me voir groggy, tituber ainsi. Pierrette, une amie exposante, m'aide à "rapatrier ce morceau de moi" qui flotte encore au-dessus de ma tête.


Angie me fait plus tard une aparté : "Hier soir Christophe et moi avons fait un soin, et il y a parmi les exposants une autre personne qui connait aussi cette langue que tu parles" me dit-elle. Mais sans me préciser de qui il s'agit !! Voilà ma curiosité réveillée !!


Puis vient le tour de soin chamanique de Sébastien. Seb est hypnothérapeute, et le contact entre nous a été instantané et fluide. Il est un peu stressé, curieux et excité à la perspective "d'y passer aussi", surtout après ce que je lui ai raconté de mon propre passage. Il choisit lui aussi de tenter l'expérience à fond. Angie et Christophe démarrent donc.


Je regagne mon stand, où je discute quelques minutes avec ma voisine. C'est alors que je me sens attiré par Seb, il est toujours sous le tambour et il faut que j'y aille maintenant ! C'est fort, cela me prend dans les tripes, j'en ai mal au ventre. Sans réfléchir je me dirige vers le stand de notre chaman, et j'y retrouve Anne, une autre exposante avec qui j'ai très vite sympathisé, qui me dit : "C'est dingue, Sébastien m'a appelé !!" Incroyable, comme moi !


Instantanément, je sais aussi que c'est elle, Anne, la seconde personne du salon qui connait cette fameuse langue mystérieuse. Ce qu'elle me confirme: elle aussi a fait une transe, et a vu un aigle. A l'inverse de moi, elle comprend cette langue mais ne la parle pas encore. La connivence entre nous est immédiate. Tous les deux, nous sentons que ça se passe difficilement pour Seb, il est dans le dur, il... nous a appelé en renfort. C'est poignant !

Renaud, un jeune homme de l'équipe d'organisation très lié à Seb, est là également, assis juste à coté de lui. "Il... il m'a appelé" dit-il en balbutiant. Renaud est livide, dans un état second ; il est évident qu'il est "monté" avec Seb.


Tout cela est incroyable à vivre. J'ai beau avoir maintenant une certaine habitude des bizarreries de l'invisible, la puissance de ce qui se joue-là, entre nous, me souffle autant qu'elle m'émerveille.


Le soin de Seb se termine, il a vraiment beaucoup de mal à redescendre. Il nous faudra aller marcher à l'air libre un petit moment pour qu'il réintègre pleinement son corps. Seb nous explique qu'il était... loup, comme moi ! Et qu'en effet, à un moment de la transe, il lui a fallu se battre très férocement. Il reste abasourdi lorsque nous lui évoquons son appel à l'aide silencieux, que nous avons pourtant été trois à entendre.


Enfin, plus tard dans la journée, une quatrième personne fera une autre transe, la dernière du salon : Sandrine, exposante également. Elle aussi, est une aigle comme Anne. Son soin aura été beaucoup plus doux que ceux des loups, plus léger et dansant !


Quitter ce salon sera très pénible pour notre petit groupe. Nous sentons qu'une tribu se (re)forme, nous avons l'impression de nous retrouver. Le lien entre nous est indéniable et puissant.


Le lendemain, à la maison, je referais deux nouvelles transes. La première en méditation, subitement mes yeux se sont de nouveau révulsés et j'ai senti comme une masse d'information immense entrer dans ma tête par le haut du crâne, du 20.000 volt. Je me suis senti épuisé après ce "téléchargement", j'ai dormi très profondément après.


Puis une seconde transe, à nouveau dans le sauna, dans l'après-midi: à nouveau des chants dans cette langue désormais familière, et surtout un rituel : utilisant la sueur de mon front comme encre et mes mains comme outils, je me suis mis à dessiner des symboles sur chaque paroi du sauna.


Plus utile : si tout cela était bien en pilote automatique, mon mental a pourtant compris le sens de ce que je faisais : pratiquer un rite pour sanctuariser ce sauna, et surtout que je pouvais tout interrompre n'importe quand. Il semble donc que si mon corps agit sous influence d'autre chose pendant les transes, mon mental est toujours présent, veille et comprend, et dispose de l'arrêt-d'urgence pour tout stopper au besoin. C'est très rassurant !


Enfin, et c'est un autre magnifique cadeau de cette expérience: durant tout le temps de ce rite, j'ai répété à plusieurs reprises des sons. Des syllabes que j'avais commencé à prononcer confusément pendant le soin chamanique, et qui sont revenues, se précisant au fur et à mesure que je les répétais.


Ces syllabes, ce sont celles de mon nom, de celui du chaman que j'ai jadis été.

Que je suis encore.


Je m'appelle Hi-Hana-Ktuk.


Dans cette vie, je suis né au son du tambour et des chants de Christophe, sous les paroles lénifiantes d'Angie, au sein d'une nouvelle tribu de loups et d'aigles.


Je suis toujours et principalement Julien, bien sûr. Mais Hi-Hana-Ktuk est aussi en moi, désormais.


Détail amusant: Anne, qui comprend cette langue mystérieuse que je parle, a compris la signification de mon nom ! Car Hi-Hana-Ktuk a bien un sens ! Et qui résonne puissamment chez moi !

Mais ce sens restera en petit comité 🥰


Merci de m'avoir lu ! Il y a encore quelques jours, j'aurais vraiment hésité à partager cela aussi librement, tant cela peut paraitre totalement barré aux yeux de ceux qui me connaissent.


Mais je n'ai plus peur désormais.

Je m'accepte intégralement.

J'accepte le job qui va avec.

Et je me fous royalement de ce pour quoi je passe :)


Je profite de ce post pour remercier une nouvelle fois et avec tout l'amour dont je suis capable, Christophe et Angie pour leur travail en synergie, et mes petits frères et soeurs de portée :)


Photo : Christophe, heureux papa loup d'une nouvelle portée de louveteaux et d'aiglons :)
















244 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page